7 syndromes délirants, flippants, étonnants… et un peu marrants quand c’est pas toi qui les as

Notre cerveau est parfois étrange et réagit de façon inattendue. Cela peut engendrer des cas très bizarres. Voilà quelques syndromes plutôt surprenants, voir même délirants. C’est vrai que ça peut prêter à sourire. Sauf que personne n’aimerait en être victime.

 

Syndrome de Stockholm :

Stockholm

Photo @ WiL-Woods

Ce syndrome survient suite à une prise d’otages ou un kidnapping et concerne la victime qui finit par avoir de la sympathie, voire plus, pour son bourreau, jusqu’à s’interposer en cas d’intervention policière. En revanche, le kidnappeur s’en fout totalement, n’a aucune envie de faire copain et ira jusqu’au bout de son truc.

 

 Syndrome de Lima :

The Town

Ben Affleck dans le film The Town. Braqueur, il tombe amoureux de sa victime, l’actrice Rebecca Hall.

C’est l’inverse du syndrome de Stockholm. C’est-à-dire que l’otage a tellement la tchatche que c’est le méchant qui le kiffe à mort au point de plus savoir où il en est et de laisser sa victime tranquille. C’est plus marrant et ça permet de se tirer d’affaire.

 

Le syndrome du voyageur : En général passager, il touche certaines personnes confrontées à certains aspects de la réalité du pays visité. Il en existe plusieurs styles :

Syndrome de Stendhal (ou aussi syndrome de Florence, mais rien à voir avec Forresti, il s’agit de la ville italienne) :

Stendhal

Position qui ne sert à rien en cas de syndrome de Stendhal

Certaines personnes sont victimes de ce syndrome lorsqu’elles sont exposées à un trop grand nombre d’œuvres d’art. Par exemple dans un musée, elles peuvent devenir hystériques. Un peu comme lors des soldes quand les acheteurs sont soumis à un trop grand nombre de vêtements.

 

Syndrome de Jérusalem :  

Jérusalem

Devinez le nom de cette ville

Il survient généralement lors d’un pèlerinage à Jérusalem. Les personnes qui en sont victimes imaginaient des choses vraiment plus incroyables en venant en Terre sainte et la réalité est moindre, elles sont déçues et pètent un câble. Un peu comme quand tu fais une rencontre sur Happn et que tu vois la personne en vrai après.

 

Syndrome de Paris :  

paris

A gauche : Paris dans la tête d’un japonais
A droite : Paris

Ce syndrome touche surtout les touristes japonais qui idéalisaient Paris depuis des années. Et quand ils font enfin le voyage et arrivent dans la plus belle capitale du monde, ils découvrent le RER B, les pickpockets, le périph et la place de l’étoile. Forcément, quand tu t’attendais au paradis, le choc est rude.

 

Syndrome indien : 

Indien

Suite à une erreur du rédacteur, une photo d’une ligne de TER s’est glissée ici. Tant pis.

Il concerne surtout les touristes occidentaux qui arrivent en Inde. La foule, le bruit, la pauvreté, le climat trop extrême (mousson, chaleur…), la présence de la mort et trop de mysticisme leur donnent envie de s’enfuir. Ça c’est au mieux parce qu’ils peuvent aussi avoir des troubles psychiatriques importants. Heureusement, une fois à la maison tout va bien. Il faut juste réussir à rentrer.

 

Et enfin un dernier qui n’a rien à voir avec le syndrome du voyageur, voici le Syndrome d’Ekbom :

Ekbom

Ne cherchez pas il n’y a rien du tout.

C’est lorsque ça gratte à cause d’une infection parasitaire. Ça picote, ça grouille de partout. Mais en fait y’a rien. Rien de rien. Tout est dans la tête.

Voilà donc quelques syndromes rigolos. Il en existe d’autres que vous pourrez voir dans la deuxième partie en cliquant sur le lien suivant : Lien suivant. (Non, ça ne marche pas parce qu’on ne l’a pas encore fait, mais ça marchera un jour, promis).